Raphaël Pichon

Chef d’orchestre

 

Pichon

 

Né en 1984, Raphaël Pichon débute la musique au sein de la Maîtrise des Petits Chanteurs de Versailles puis poursuit ses études musicales de chant, violon et piano au sein des Conservatoire à Rayonnement Régional et Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Tout d’abord jeune contre-ténor, ses expériences le mènent à chanter sous la direction de Jordi Savall, Gustav Leonhardt, Ton Koopman, mais aussi Geoffroy Jourdain avec lequel il aborde spécifiquement la création contemporaine.

En 2006, il fonde et dirige l’ensemble Pygmalion, chœur et orchestre dédié au répertoire sur instruments d’époque. Leur répertoire se veut à l’image des filiations qui relient Bach à Mendelssohn, Schütz à Brahms ou encore Rameau à Berlioz. Avec cet ensemble aujourd’hui associé de l’Opéra de Bordeaux, il est invité aux festivals de la Chaise-Dieu, Beaune, Saint-Denis, Radio-France Montpellier, Ambronay ou Saintes, et remporte un grand succès avec son interprétation du répertoire choral sacré de Johann Sebastian Bach et le cycle des tragédies Dardanus, Hippolyte et Aricie et Castor et Pollux (Jean-Philippe Rameau). L’ensemble est invité régulièrement à l’Opéra de Bordeaux, à la Salle Pleyel à Paris, à l’Opéra Comique, au Bozar de Bruxelles, aux opéras de Versailles et Rouen, à la Fondation Royaumont, aux Grands Interprètes de Toulouse, mais aussi au Palau de la Música Catalana de Barcelone ou encore à la Musikfest de Brême et à la Philharmonie de Hambourg. Les débuts de Raphaël Pichon dans le répertoire lyrique sont marqués en 2010 par L’Opera seria (Florian Leopold Gassmann) à Nantes, puis par une production scénique de la Passion selon Saint Jean (Bach) aux côtés du Holland Baroque Society à Amsterdam. Depuis 2012, on le retrouve auprès du Stavanger Symfonikorkester, de l’Orchestre National de Montpellier, de l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, des Violons du Roy à Québec ou encore de l’Orchestre de chambre de Lausanne. Il développe ainsi son répertoire en abordant Noces (Stravinsky), la Messe en ut mineur (Mozart), le Requiem allemand (Brahms) ou encore Elias (Mendelssohn). En 2014, il fait ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence avec Trauernacht mis en scène par Katie Mitchell.

Sa discographie chez Alpha comprend les quatre Missae Breves et la Messe en si mineur (Bach) ainsi que Dardanus (Rameau), qui se voient décerner un Diapason d’or de l’année, FFFF de Télérama, le « CD des Monat » d’Opern Welt ou encore l’Editor’s choice de Gramophone. En 2014, il rejoint Harmonia Mundi et sort à l’automne de la même année la Köthener Trauermusik de (Bach), qui se voit décerner la Victoire de la Musique 2015 pour l’enregistrement de l’année, ou encore un Choc de Classica et 4FFFF de Télérama. Castor et Pollux sortira au printemps 2015, ainsi qu’un premier enregistrement consacré à Mozart aux côtés de la soprano Sabine Devieilhe (Erato). 2015 est marquée par ses débuts à la Philharmonie de Paris, au Grand-Théâtre de Provence, à Amsterdam (DNO et Muziekgebouw), Lisbonne (Gulbenkian Foundation), Metz (Arsenal), Caen (Théâtre), Essen (Philharmonie), Rio et Sao Paulo, ainsi qu’une première production lyrique aux Opéra de Bordeaux et Versailles (Dardanus de Jean-Philippe Rameau dans mise en scène de Michel Fau).

 

Facebook
Twitter