Thomas Enhco

Pianiste

 

enhco

 

Né à Paris en septembre 1988, Thomas Enhco est un pianiste et compositeur de jazz et de musique classique. À l’âge de 3 ans, il apprend le violon et le piano, donne ses premiers concerts à 6 ans et écrit ses premières compositions. À l’âge de 9 ans, Didier Lockwood l’invite à jouer dans ses concerts aux festivals de jazz d’Antibes Juan-les-Pins, Vienne et Marciac. Il étudie ensuite le jazz au CMDL et le piano classique avec Gisèle Magnan. À 16 ans, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et en est renvoyé deux ans plus tard.

Son premier album, Esquisse, composé et enregistré à l’âge de 15 ans avec son trio et parrainé par le légendaire batteur Peter Erskine, sort en 2006. Thomas est alors lauréat du Fonds d’Action SACEM.

En 2008, il est repéré par le producteur japonais historique Itoh « 88 » Yasohachi, qui lui fait enregistrer trois albums, (Someday My Prince Will Come, The Window and the Rain au Japon et Jack and John avec Jack Dejohnette et John Patitucci aux studios Avatar à New York) et l’invite pour une dizaine de tournées au Japon en solo, duo et trio.

En 2012, il s’installe à New York où il écume les clubs de jazz et multiplie les collaborations, et il sort cette année-là chez Label Bleu son album auto-produit Fireflies (Victoire du Jazz 2013).

En 2014, il signe chez Universal Music et enregistre pour le label Verve son album piano solo Feathers (nommé aux Victoires du Jazz 2015 dans la catégorie « Album de l’année »).

En parallèle de sa carrière de jazzman, Thomas Enhco évolue dans le monde de la musique classique depuis ses débuts. En 2016, il publie chez le mythique label Deutsche Grammophon l’album Funambules en duo avec la percussionniste Vassilena Serafimova. Leur duo explosif et sans frontières fait le tour du monde et remporte en 2017 le Deuxième Grand Prix au Osaka International Chamber Music Competition (Japon). Leur second album, entièrement créé autour de l’univers de Jean-Sébastien Bach et intitulé Bach Mirror, sortira chez Sony Classical en 2021.

En 2017, il fait ses débuts comme soliste avec orchestre symphonique dans le Concerto en Fa et la Rhapsody in Blue de Gershwin, le Concerto n°24 de Mozart (K.491), le Concerto en Sol de Ravel, Eros Piano de John Adams, le Concerto pour Quatre Claviers de Bach (BWV 1065), le Triple Concerto de Beethoven et dans son propre Concerto pour Piano et Orchestre, avec l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre de l’Opéra National de Lorraine, l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, le Kyoto Symphony Orchestra, le Sapporo Symphony Orchestra, l’Orchestre Régional Avignon Provence, l’Ensemble Appassionato, le Geneva Camerata, l’Orchestre de Cannes, l’Orchestre National de France, sous la direction des chefs Julien Masmondet, Pierre Dumoussaud, Samuel Jean, Mathieu Herzog, Jean-Claude Casadesus, David Greilsammer, Junichi Hirokami, Benjamin Lévy, James Gaffigan et Fayçal Karoui. Il est également invité comme soliste par le Choeur de Radio France (dir. Sofi Jeannin) et le Choeur Spirito (dir. Nicole Corti) dans des programmes autour de Brahms et de ses propres compositions.

Compositeur, Thomas Enhco a écrit plus de 100 oeuvres et reçoit régulièrement des commandes d’orchestres, d’ensembles de musique de chambre, de solistes, de choeurs et de festivals.

Il a notamment composé un Concerto pour Piano et Orchestre et un Double Concerto pour Piano, Marimba et Orchestre pour l’Orchestre de Pau, quatre pièces pour la pianiste Lise de la Salle (album Bach Unlimited, Naïve 2017), une suite pour Quintette de Cuivres et Piano pour le Local Brass Quintet (album Stay Tuned, Klarthe 2019), une pièce pour Choeur et Piano sur un poème de Ronsard pour le choeur Spirito, une Rhapsodie pour Violon, Piano et orchestre de chambre (New York Concert Artists & Associates), une oeuvre pour Accordéon et Quintette à Cordes (Félicien Brut et le Quatuor Hermès, album Neuf, Mirare 2020), une oeuvre pour Piano et Quintette à Vent (La Belle Saison, 2021)… Il a également composé les génériques des émissions « La Récréation » et « Le Grand Atelier » sur

France Inter, et deux musiques de film : Aux Arts Citoyens de Daniel Schick (2010) et Les Cinq Parties du Monde de Gérard Mordillat (pour lequel il remporte le FIPA d’Or 2012 de la Meilleure Musique Originale), ainsi que divers courts-métrages, notamment pour le programme Emergence en 2019.

En 2018, avant de fêter ses 30 ans, Thomas Enhco enregistre pour Sony Music l’album Thirty, qui comprend sept nouvelles pièces en solo et son Concerto pour Piano et Orchestre. (Sortie février 2019 chez Sony Classical, concert parisien le 17 avril 2019 à La Cigale)

Depuis douze ans, il donne en moyenne 100 concerts par an sur tous les continents. Parmi les scènes jazz qui l’invitent figurent les festivals de jazz de Tokyo, Montréal, Vienne, Montreux, Istanbul, Gent, Middelheim, North Sea, La Villette, l’Olympia… Et parmi les scènes classiques, les festivals de La Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins, la Philharmonie de Paris, l’Opéra de Bordeaux, Flagey à Bruxelles, French May à Hong Kong, Shanghai Grand Theater, Folle Journée de Nantes, Tokyo, Varsovie, New York, Mozarteum de Salzbourg, Théâtre du Châtelet, Théâtre des Bouffes du Nord, Beijing Concert Hall, La Seine Musicale, Brucknerhaus de Linz, Heidelberger Frühling, Taipei National Concert Hall, Sapporo Concert Hall ‘Kitara’…

La Philharmonie de Paris l’accueille régulièrement, autant comme jazzman que soliste classique, et lui offre une carte blanche au festival Jazz à la Villette 2017, l’invite dans son week-end autour de Bach et comme soliste dans son propre Concerto pour Piano ainsi que dans le Concerto en Sol de Ravel en 2018. En 2019, il y participe à l’intégrale des Études pour piano de Philip Glass aux côtés du compositeur.

Il est l’invité des principales émissions de télévision et de radio françaises (C à Vous sur France 5, Quotidien sur TMC, Le Grand Échiquier, Fauteuils d’Orchestre sur France 2…) et ses enregistrements et concerts sont plébiscités par la presse nationale et étrangère.

Passionné par la transmission, il donne des masterclasses sur le jazz et l’improvisation, intervient régulièrement au CMDL (en piano et violon) et a rédigé pendant en 2018/2019 la rubrique jazz du magazine bimensuel Pianiste.

Thomas Enhco a remporté de nombreux prix et récompenses, parmi lesquels le 3ème prix du Concours International de Piano Jazz Martial Solal 2010, le Django d’Or 2010 « Nouveau Talent », le FIPA d’Or 2012 de la Meilleure Musique Originale, la Victoire du Jazz 2013 « Révélation » (ainsi qu’une nomination aux Victoires du Jazz 2015), le Deuxième Grand Prix au Osaka International Chamber Music Competition 2017, le Prix ACEG de la SACEM 2017 et le Grand Prix SACEM du Jazz 2020.

Parmi les artistes avec lesquels il a travaillé, on peut citer :

– Jazz : Didier Lockwood, Mike Stern, Kurt Rosenwinkel, Jack DeJohnette, Gilad Hekselman, José James, Baptiste Trotignon, Ari Hoenig, Patrick Zimmerli, Dan Tepfer, Ibrahim Maalouf, Emile Parisien, Vincent Peirani, Biréli Lagrène, Anne Paceo, Hugh Coltman, Peter Erskine, Daniel Humair, André Ceccarelli, Victor Lewis, John Patitucci, Hein Van de Geyn, Lew Soloff, Sylvain Luc, François & Louis Moutin, Joel Frahm, Cyrille Aimée…

– Classique : Henri Demarquette, Renaud Capuçon, Natalie Dessay, Laurent Naouri, Jean-François Zygel, Michel Dalberto, Anne-Sofie Von Otter, les quatuors Arod, Hanson, Modigliani et Voce, Beatrice Rana, Jérôme Pernoo, Caroline Casadesus, Lise de la Salle, Déborah Nemtanu, Xavier Philips, Emiliano Gonzalez-Toro…

Ainsi que les chanteurs Jane Birkin, Christophe, Oxmo Puccino, la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla, le metteur en scène Alain Sachs, la dessinatrice Aurélia Aurita…

L’année 2021 verra notamment la parution de deux albums dont il a assuré la direction artistique et les arrangements : Tribute to Violeta Parra d’Emiliano Gonzalez-Toro (jazz et musique latine) et Family Tree de David Enhco (quartet de jazz et quatuor à cordes).

Depuis 2013, Thomas Enhco est accompagné dans ses projets par la Fondation BNP Paribas.

 

 

www.thomasenhco.com
Facebook
Twitter
Instagram